0%

JER@SBS’s review – Mission

SHARE

 

 

 

 

Gonetcha began its journey into music in 2017 and only a year later, here we are already with album number two called Mission, the follow-up record to the debut release Métro de Pensées.  As many of you know – that’s an impressive workload…but I have the feeling when you’re in the creative space that Gonetcha finds itself in right now, the vibe comes naturally & the desire to make music reigns supreme.  There’s clearly a high desire to entertain in this project.  Over twelve new cuts on Mission, Gonetcha continues to flex the expressive potential that exists within the limitless possibilities for its own sound, exploring & roaming over a vast amount of terrain on this versatile, rock-inspired record.

Results may vary of course, but that’s pretty normal for any new project out there.  Going into its second year, Gonetcha is still developing & refining the sound, innovating the ideas, and settling into its own groove.  While that can always come with a few kinks here & there along the way, there’s also no doubt that Gonetcha is in search of its own thing…what you get on Mission is quite different from a lot of what’s happening out there right now in music, and in the long run, I’m a big believer that this is the kind of effort that pays off.  If not monetarily, at the very least on an artistic level; there’s no point in simply walking the path that’s already been carved out by others when you can blaze your own trail – that’s where the real Mission comes in…Gonetcha is here to intentionally provide a different experience. A lot of this record certainly connects…a great hybrid experience full of punk, rock, prog, & experimental ideas, sounds & styles, the songs on Mission create a textural atmosphere that feels like you could reach out & touch it. 

Right off the bat in the opening track “Dawn Beat” I could tell that Gonetcha and I would likely get along well – the short instrumental beginning serves somewhat as an intro into the whole record but still offers a ton when it comes to the tone of the gripping guitar sounds we hear.  Compliments to the chef!  “Dawn Beat” isn’t a typical beginning by any stretch – but Mission also goes on to reveal it’s no typical record either.  “Dawn Beat” establishes the vibe in the atmosphere of Gonetcha’s music, even without words, and in my opinion, that’s one hell of an enticing sound.  Right at the like, forty-two second mark…when that extra layer of guitar comes in to solo overtop, I was hooked.

If you’re unfamiliar with Gonetcha’s music or it’s your first time experiencing it like it was for me, the largest adjustment we need to make in listening happens quickly as vocals are added to the equation on “Lobster Game.”  We’ve heard many incarnations of voices like these from The Editors to Interpol, She Wants Revenge, The National & so on…it’s that deep-vocal sound that some people dig & some don’t, which I suppose is fairly true of how we react to different styles of singers of all kinds in all types of music.  In my opinion, the most essential part is whether or not the tone suits the song or style of the mood, attitude, & sound – and I’ll admit, that first impression is definitely a jolt to the system with the bouncy & playful rhythm of the vocal-flow contrasting in a strange way with the funk/rock-inclined energy.  It’s bound to throw a few people out there when it comes to what they might be expecting to hear.  Impossible to deny the bass-grooves that supply the energy of this cut, I dig the distant sound of the guitar tones that float through the verses and the smart backing vocal-layers adding in the right emphasis & punch to thicken the strength in the overall sound.  I have no doubt that “Lobster Game” will immediately raise-up an eyebrow or two out there…but there’s still a lot of fun & entertainment to be found here.

“The Big If” has the advantage of everyone listening to Mission now knowing what to expect in-full from the combination of vocals & music in Gonetcha after hearing “Lobster Game,” and as a result, I think “The Big If” becomes a track that’s much easier to accept & get into.  The bass definitely stands-out as a star here, especially at the beginning of this tune as we slide into this third cut from Mission and in the mid-song breakdown.  The added space in the pace of this song works really well in adding definition and character to this tune that remains memorable throughout the verses.  The chorus begins a pattern of rapidly paced choruses that you’ll find throughout this record at many points.  “The Big If” has layers that work on all fronts from the simple straight-ahead beat to the wild guitar sounds, but if you’re listening closely, it’s those bass-lines that are holding the fort when it comes to supplying the rhythm and groove in the smoothest parts of “The Big If.”  I think this track has a solid chance of connecting with the people out there due to how insanely rad the opening of “The Big If” is and how smooth it sounds – it really makes you want to keep listening & rooting for Gonetcha.

“Pumped Up” finds a seriously addictive groove through its bass-lines, and I’d say drifts closer to that indie/alternative sound that you’d find in a creative & artistic rock-project like Interpol.  It’s got just enough confident funk in its step through the bass that you can’t really help but get right into this tune.  As it heads out of the chorus and into the second minute…I mean, C’MON people, that bass sounds insanely cool doesn’t it?  The psychedelic vibes supplied by the wild guitar tones and the hypnotic movements made on the microphone make for a highly entertaining and artistic performance that shifts solidly into fast-pace smooth-rock in the chorus.  Great ideas in the music & writing on “Pumped Up” and I dig the more playful & inviting sound this song has & the empowering attitude found in the lyrics.

The verses of “Time Zone” worked extraordinarily well – I think Gonetcha has crushed some really kickass rhythms in the vocals exceptionally well in those moments.  Truly wild stuff really – the melody in the vocals and the perfect way they hit the metering & pace with technique, style, character & tone – whatever Gonetcha is doing here completely works throughout the verse.  I honestly don’t know how or what could have taken “Time Zone” to the next level from there…and truthfully, it wasn’t the chorus that did it for me, but the instrumental section that carries this song to its brilliant ending instead.  It’s a tough one…in many ways I don’t know what else we could have asked of Gonetcha here – that verse really stands out for its awesomeness and chances are any part that would come afterwards would seem like it falls a bit short of the intended mark…hard to take points away when it’s due to the exceptionally high-standards that this tune imposes on itself through the verses.

“Eight Stops” almost worked to the opposite effect of “Time Zone” – on this cut, it was the verse I felt needed a bit more life in its veins, but the pre-chorus and chorus of “Eight Stops” really brought this track to the next-level.  The way the guitars start movin’ in the pre-chorus and the impressive energy that “Eight Stops” slides into in the chorus itself, is massively addictive.  I know I’ve sworn several times in past reviews that counting in music is generally one of the things I can’t stand the most – but call me crazy, there was something about the way that Gonetcha comes about it on “Eight Stops” that I just couldn’t help but succumb to.  In many ways, I think this track likely has some of the most accessible hooks overall…it could likely be a favorite on the record for many people out there.  I absolutely loved the sound of the soaring guitar notes that surge through the chorus of “Eight Stops” and the wild solo that carries this song to its glorious finale.  Definitely a highlight on the record overall and certainly one of the strongest endings to any song on Mission – something about the sound of “Eight Stops” seems like it would be a track that the people out there would really respond to for its single-worthy sound.  As much as I felt like I wanted more oomph in the vocals of the verse at times, I can’t deny that this cut eventually completely won me over…every time I spun this record I seemed to dig this track more.

Almost heading into psychedelic terrain occupied by Zappa at the beginning of “Submarine Wreck” – the opening of this track was bulletproof.  As Gonetcha moved into the rapid-flow of the vocals for the chorus, I found myself wanting that space that exists in the verse…it wasn’t so much that the quicker pace of the vocals didn’t fit, it’s more that it seems to be a go-to move & has been tested many times throughout the previous songs.  In my humble estimation, where Gonetcha has the most room to improve, is in recognizing just how strong the instrumentation speaks in the music of this project – much of it, specifically on the uniqueness of songs like “Submarine Wreck” can certainly carry our interest.  A lot of the times, that rampant surging of vocals streaming over-top can dominate the majority of what we hear as listeners; essentially I’m saying that less is more sometimes.  The verses of “Submarine Wreck” for example, really stand out to us as a result of that use of space…whereas the rapid-fire vocals can tend to sound more similar in the context & confines of a full album.  No harm in saying I want more of a good thing – there’s great ideas that are seriously well executed in this cut…if anything, it shows more of the potential that exists within Gonetcha and exposes some terrain to explore in the future.

The most novelty-esque song of the record, or largest departure from the rest, is likely “What About.”  There’s a great hypnotic sound to this cut, diving once again into psychedelic, bizarre, weird & strange ideas with full confidence, committed to going in whatever crazy directions the music may take Gonetcha.  Almost heading into Primus or Oysterhead territory here with the impressive tone of the bass, wildly expressive guitars, and decidedly odd vocals…so if you’re looking for something that’s a bit more off the beaten path, “What About” is definitely for YOU.  The texture and sound of the beginning in the music is SO COOL…the guitar tones and notes in the atmosphere are awesome, the backing vocals are off-the-charts awesome…there’s a lot of untamed wildness & creativity on this tune.  Tone-wise, there’s no question that the vocals are struggling to find the right notes in the melody of the verse, but the creativity & execution of the pre-chorus/chorus once again brought the best out of Gonetcha.  It definitely reaches for more bizarre ideas than the rest, but there’s a captivating set of ideas in this ambitious track…I think “What About” ended up being a pretty memorable tune on this record.

“What You Stole” was very similar to the experience and overall assessment of “Submarine Wreck.”  I think this is another spot where the space of the verse really suits the sound of Gonetcha well…and I think you can hear that the rapid pace of the vocals on the chorus are potentially costing the song.  You want that energy in the rhythm & flow but you still want it to come out sounding like you’re not completely out of breath…and at times, the vocals sound like they could use some oxygen here.  Idea-wise, I think this cut delivers fairly well…I do like how the vocals take their cues to spring-off the energy and tones of the bass…I dig the sound of the guitars and I feel like each time I’ve heard a solo from Gonetcha it’s been highly-impressive to listen to.  Definitely some great musicianship and instrumentation in this project and I really dig that there always seems to be time made for this to shine in the songs throughout Mission as well.  The low-tones of the vocals at spots around like, the ninety-second mark…those sound fantastic…and I also really dig how the song transitions from its verse to chorus so effortlessly, sliding right into the next part of the structure’s evolution with gripping energy.

There are times where we get so locked into our own ideas and moment in time that it’s not until we objectively stand back & examine the material that we see a lot of the same moves in a certain portion of the music we make.  Around the point of “Spine Quirk” on Mission, we know that spring forth from the space in the verse is going to launch itself into another fast-paced barrage of vocals when it comes to the chorus…and it’s not that it’s the same hook as Gonetcha is using in other tracks, but it does inarguably end up sounding similar and likely will to the average everyday listener out there.  The effect of that ends up being more wear & tear on the ideas & sound over those repeat listens…even though each song presents a different idea, using a similar approach tends to also make the material almost too cohesive or sometimes not quite diverse enough.  Mixed on this one…I liked what’s happening in the music quite a bit…this would be an example of where taking that extra space in the vocals might pay off in letting the instrumentation have more time in the spotlight…like LISTEN to this track as it heads into the second minute, that’s deadly!  I suppose what I’m saying is that vocals can tend to be that one layer too many at times…there’s a lot of moments where the music could certainly speak for itself on this album.  And I’m not saying they’re bad by any stretch of the imagination…it’s a niche sound/style for sure, but they work – all I’m saying is that the vocals tend to be uber-involved in every song…and that every time Gonetcha launches into a stunning instrumental section, its proving that they don’t always need to be.  LOVED the searing guitar tones on “Spine Quirk” as it heads to its spectacular ending.

Songs like “Unexpected” puzzle me, I’m not gonna lie.  Verse-wise, I think it’s rock-solid once again; chorus-wise, I’m not quite sure how Gonetcha didn’t want another run at this one in the studio.  There’s an undeniable imbalance here…the verse has a lively vibe goin’ on, and the chorus seems to fall short of bringing the track to the next-level, almost dragging the energy backwards even when you can hear it’s attempting to move it forward.  Make sense?  It’s one of the most bizarre tracks I’ve heard this year for its consistency…the last forty-five seconds or so were like, pure genius – and where did that come from?  Up until that point, “Unexpected” seemed like a track that had lost its focus and could have benefitted from a few more attempts at maximizing the sound & energy of the chorus…I’m not gonna say that the final forty-five seconds saves the song altogether, but it does give it a moment of redemption & memorable highlight.  Doesn’t sound quite like Gonetcha at its most focused here, by comparison to the rest of the songs you’ll find on Mission, “Unexpected” seems to wander in & out of the energy it attempts to establish.  Of all songs on the album, this was probably the song I was most on the fence about including with the rest of the set…it sounds like a newer idea that could have been rushed.  I have NO IDEA how the insanely amazing ending of this track comes from what seems like out of nowhere – but I have to completely admit that whatever is happening in that section of time on this song, is a sound that should certainly be explored further by Gonetcha…that’s one of the highlight moments on Mission without question as far as my ears are concerned & definitely “Unexpected” when it comes up.

Ending on “The Messenger,” we’ve become accustomed to a few dissonant tones in the vocals along the way that affect the melody…but it’s important to note just how exceptional some of these ideas are.  The writing of “The Messenger” is ambitious, adventurous, and stunning really – I think there’s more maturity in the structure & sound of this final tune than any other on the record, once again hinting at where the potential of the music of Gonetcha might head in the future.  Sound-wise, it’s so close to where it needs to be…not far off at all, preserving enough of the tone in the character of the melody that we can still clearly hear how exceptional the overall ideas really are.  I think the hooks in the chorus of “The Messenger” are some of the strongest on the record and once more, those guitar tones and bass-lines stand out in all the right ways for their creativity and colorful input into the sound of the song.  It’s a satisfying ending to what’s been a definitive journey into the musical realm of Gonetcha – lots of reasons to be excited about what you hear, but even more reasons to be excited about where it can go.

 

JER@SBS

Gonetcha commence son voyage dans la musique en 2017, et seulement un an plus tard, nous voilà avec l’album numéro deux, intitulé Mission, disque suivant la première sortie, Métro de Pensées.

Comme nombre d’entre vous le savent, c’est un boulot impressionnant… mais j’ai le sentiment que quand vous êtes dans l’espace créatif dans lequel Gonetcha se trouve à l’heure actuelle, la « vibe » vient naturellement et le désir de faire de la musique règne en maître. Il y a clairement un grand désir de divertir dans ce projet. Pendant douze nouveaux titres sur Mission, Gonetcha continue d’exploiter le potentiel expressif qui existe dans les possibilités infinies de son propre son, explore et erre à travers un vaste territoire, sur ce disque versatile inspiré par le rock. Les résultats sont variables bien sûr, mais c’est bien normal pour tout nouveau projet. Dans sa deuxième année, Gonetcha est encore en train de développer et de raffiner le son, d’innover, et de s’installer dans son propre groove. Sachant qu’il peut toujours y avoir quelques défauts ici et là pendant le processus, il n’y a également aucun doute que Gonetcha est à la recherche de son propre truc… ce qui se passe sur Mission est assez différent de beaucoup de choses qui se passent dans la musique en ce moment, et sur le long terme, je crois fermement que c’est le genre d’effort qui paie. Peut-être pas financièrement, mais au moins au niveau artistique. Il n’y a pas d’intérêt à simplement marcher sur le chemin qui a déjà été tracé par les autres quand vous pouvez ouvrir votre propre voie. C’est là que la vraie Mission intervient… Gonetcha est là pour volontairement proposer une expérience différente. Beaucoup de choses dans cet album se connectent vraiment… une grande expérience hybride pleine de punk, rock, prog, et d’idées expérimentales, de sons et de styles. Les titres de Mission créent une atmosphère texturée qu’on a l’impression de pouvoir toucher.

Dès le départ avec le morceau d’ouverture, « Dawn Beat », je savais que Gonetcha et moi allions plutôt bien nous entendre. L’instrumentale du début sert en quelque sorte d’intro à tout l’album mais a quand même beaucoup à offrir en ce qui concerne la tonalité, et les sons de guitare accrocheurs qu’on entend. Mes compliments au chef ! « Dawn Beat » n’est pas du tout le commencement typique, mais Mission révèle ensuite que ce n’est pas un disque typique non plus. « Dawn Beat » met en place l’ambiance et l’atmosphère de la musique de Gonetcha, même sans paroles, et à mon avis, c’est un titre sacrément attrayant. Pile vers les quarante-deux secondes… quand cette nouvelle couche de guitare arrive en solo par dessus, j’étais accroché.

Si vous n’avez pas l’habitude de la musique de Gonetcha et que, comme moi, c’est la première fois que vous en faites l’expérience, le plus grand ajustement à faire quand on écoute arrive rapidement quand le chant s’ajoute à l’équation sur « Lobster Game ». On a entendu beaucoup d’incarnations de voix similaires comme celles de The Editors à Interpol en passant par She Wants Revenge, The National et bien d’autres… c’est ce son vocal profond, que certains aiment, et d’autres non. Et je suppose que c’est ainsi que nous réagissons à différents styles de chanteurs de tout genre et de tout type de musique. À mon avis, le point essentiel est sur le fait que le ton aille bien avec la musique, ou le style d’humeur, l’attitude, et le son. Et j’avoue, cette première impression est vraiment une décharge dans le système avec le rythme sautillant et joueur du flow vocal, qui contraste étrangement avec l’énergie funk/rock. Fatalement, ça perdra quelques personnes qui pourraient s’attendre à entendre autre chose. Impossible d’omettre les grooves de basse qui alimentent l’énergie de ce titre. J’aime les sons distants des notes de guitare qui flottent à travers les couplets et les chœurs vocaux bien placés qui mettent la bonne emphase et le punch pour augmenter la force globale du son. Je n’ai pas de doute que « Lobster Game » fera bouger un sourcil ou deux… mais ils y a encore beaucoup de fun et de divertissement à aller chercher.

« The Big If » a un avantage : tous ceux qui ont écouté Mission savent maintenant à quoi s’attendre en ce qui concerne la combinaison du chant et de la musique, dans Gonetcha, après avoir entendu « Lobster Game », et par conséquent, je pense que « The Big If » devient un titre beaucoup plus facile à accepter et à apprécier. La basse est vraiment prépondérante au début, d’autant plus au commencement du titre, quand on glisse vers cette troisième chanson de Mission, et dans le break du milieu. L’espace supplémentaire dans le déroulé de cette chanson marche très bien car ça ajoute de la définition et du caractère à ce titre, qui reste mémorable au fil des couplets. Le refrain commence avec une structure de chœurs qui s’enchaînent rapidement, et qu’on retrouve pendant l’album à de nombreux endroits . « The Big If » a des couches qui travaillent sur tous les fronts, depuis le simple beat entêtant, jusqu’aux sons de guitares sauvages. Mais si vous écoutez attentivement, ce sont ces lignes de basse qui tiennent l’édifice quand il faut fournir le rythme et le groove des parties les plus douces de « The Big If ». Je pense que ce titre a de grandes chances de plaire au public, grâce à l’intro vraiment super et au côté très harmonieux du titre. Ça donne vraiment envie de continuer à écouter et de s’empreingner de Gonetcha.

« Pumped Up » propose un groove sérieusement addictif avec ses lignes de basse, et je dirais qu’il se rapproche d’avantage de ce son indie/alternative qu’on trouve dans un projet créatif et artistic comme Interpol. Il y a juste assez de confiance funk dans sa construction pour qu’on ne puisse faire autrement que d’être absorbé par ce titre. Quand on sort du refrain dans la deuxième minute… j’veux dire, BON SANG les gens, cette basse est incroyablement cool, non ? Les vibrations psychédéliques apportées par les folles notes de guitare et les mouvements hypnotiques faits sur le micro donnent une performance hautement divertissante et artistique, qui se transforme solidement en un rapide smooth-rock dans le refrain. De grandes idées dans la musique et l’écriture dans « Pumped Up », et j’aime le son plus joueur et attrayant de cette chanson, et l’attitude motivante des paroles.

Les couplets de « Time Zone » fonctionnent extraordinairement bien. Je pense que Gonetcha a vraiment assuré des rythmes exceptionnels qui défoncent, dans le chant, à ces moments. Truc de fou, vraiment. La mélodie dans la voix, et la perfection avec laquelle elle tient le rythme avec vitesse et technique, style, caractère, et timbre. Quoique Gonetcha fasse à ce moment, ça marche pour le couplet. Honnêtement, je ne sais pas comment, ou qu’est ce qui aurait pu améliorer « Time Zone » à partir de là… Et sans mentir, ce n’est pas le refrain qui l’a fait pour moi, mais plutôt les sections instrumentales qui portent cette chanson vers ça fin magnifique. C’est une question difficile… sous plusieurs aspects, j’ignore ce qu’on aurait pu demander de plus à Gonetcha ici. Ces couplets sortent vraiment du lot par leur génie, et il y a des chances que tout ce qui vient après ne soit que pâle comparaison à côté… difficile d’enlever des points quand c’est à cause de l’exceptionnelle haute qualité que cette chanson s’impose à elle-même dans les couplets.

« Eight Stops » a presque eu l’effet inverse de « Time Zone ». Pour ce titre, j’ai eu l’impression que c’était les couplets qui avaient besoin de plus de vie dans leurs veines, mais le pré-refrain et le refrain de « Eight Stops » ont vraiment ammené la chanson à un autre niveau. La façon dont les guitares commencent à bouger dans le pré-refrain et l’énergie impressionnante vers laquelle « Eight Stops » glisse dans les refrains est hautement addictive. Je sais que j’ai juré, plusieurs fois dans des précédentes critiques, que le fait de compter dans la musique fait partie des choses que je ne supporte pas trop. Mais dites-moi que je suis fou, il y a quelque chose dans la façon dont Gonetcha le fait dans « Eight Stops » qui m’a obligé à succomber. De plein de façons, je pense que ce morceau a globalement l’un des rerfains les plus accrocheurs… ce pourrait être un des préférés sur ce disque pour de nombreux auditeurs. J’ai absolument adoré le son des guitares en envol, qui déferlent sur le refrain de « Eight Stops », et le solo dingue qui emmene cette chanson jusqu’à son glorieux final. C’est vraiment un moment fort de l’album globalement, et certainement une des fins les plus fortes parmi les titres de Mission. Quelque chose dans le son de « Eight Stops » fait penser que ce serait un titre dont le publique pourrait être très friand grâce à son côté « single ». Bien que j’avais parfois l’impression de vouloir plus de pep’s dans la voix des couplets, je dois bien avouer que ce morceau m’a finalement complètement conquis… à chaque fois que j’écoutais le disque, j’avais l’impression d’aimer ce titre encore plus.

On avance presque sur un terrain psychédélique occupé par Zappa au début de « Submarine Wreck ». L’ouverte de ce titre est à l’épreuve des balles. Pendant que Gonetcha commençait le flow rapide de la voix pour le refrain, je me suis retrouvé à vouloir cet espace qui existe dans le couplet… ce n’était pas au point que la vitesse de la voix n’allait pas, mais plutôt que ça avait l’air d’être une décision tout faite, qui avait été testée plusieurs fois au cours des chansons précédentes. À mon humble avis, l’endroit où Gonetcha a le plus de marge de progression, est dans le fait de réaliser avec quelle force les instruments parlent dans la musique de ce projet. Une grande partie, spécifiquement dans la singularité de chansons comme « Submarine Wreck », peut être intéressante. Souvent, ce déferlement vocal déchaîné qui afflue par dessus le reste peut dominer la majorité de ce que nous entendons en tant qu’auditeurs. Ce que je veux dire en substance, c’est « less is more » (moins, c’est mieux) parfois. Les couplets de « Submarine Wreck » par exemple, se démarquent grâce à cette utilisation de l’espace… alors que les feux nourris de paroles peuvent avoir tendance à être assez similaires dans le contexte et les confins de l’album dans son entier. Pas de mal à dire que je veux d’avantage de bonnes choses. Il y a de grandes idées qui sont sérieusement bien exécutées sur ce morceau… somme toute, ça dévoile d’avantage du potentiel qui existe en Gonetcha, et expose des terres à explorer dans le futur.

Le titre le plus novateur du disque, ou qui se détache du lot, est probablement « What About ». Il y a un très bon son hypnotique dans ce morceau, qui plonge une fois de plus dans le psychédélique, le bizarre, le mystérieux et les idées étranges, avec une pleine confiance, résolu à aller dans n’importe qu’elle direction, aussi folle soit-elle. Allant presque jusqu’aux territoires de Primus ou Oysterhead avec le timbre impressionnant de la basse, des guitares furieusement expressives, et une voix décidément surprenante… donc si vous cherchez quelque chose qui sort des sentiers battus, « What About » est absolument pour VOUS. La texture et le son du début de la musique sont TROP COOL… les timbres et notes de guitare dans l’atmosphère sont géniaux, les chœurs sont hors compétition… il y a beaucoup de fureur et de créativité indomptés dans ce titre. En ce qui concerne la tonalité, il est certain que la voix a de la difficulté à trouver les bonnes notes sur la mélodie du couplet, mais la créativité et l’exécution du pré-refain/refrain montrent une fois de plus le meilleur de Gonetcha. On atteint vraiment des idées plus bizarres que le reste, mais il y a un ensemble d’idées captivantes sur ce titre ambitieux… Je pense que « What About » est au final une chanson assez mémorable de l’album.

« What You Stole » a été une expérience très similaire au ressenti global de « Submarine Wreck ». Je pense que c’est un autre endroit où l’espace du couplet va vraiment bien avec le son de Gonetcha… et je pense qu’on peut entendre que la rapidité des paroles sur le refrain dessert potentiellement la chanson. On veut cette énergie dans le rythme et le flow, mais on veut tout de même l’entendre comme si tu n’étais pas complètement à bout de souffle… et parfois, on dirait que la voix aurait bien besoin d’oxygène. Au niveau des idées, je pense que ce morceau est assez bien fourni… j’aime la façon dont les voix démarrent pour propulser l’énergie et les tonalités de la basse… j ‘aime le son des guitares et il me semble qu’à chaque fois que j’ai entendu un solo de Gonetcha, ç’a été très impressionnant à écouter. Il y a vraiment de grandes qualités de musicien et d’instrumentation dans ce projet et ça me plaît vraiment qu’il y ait apparemment toujours le temps pour que ces moments brillent dans les chansons tout au long de Mission. Les tons graves de la voix vers les 90 secondes… c’est fantastique… et j’aime aussi vraiment la façon dont le titre fait la transition du couplet au refrain sans aucun effort. Ça glisse juste dans la partie suivante de l’évolution de la structure avec une énergie passionnante.

Il y a des fois où on devient si imprégné par nos propres idées, et certains moments où ce n’est qu’après avoir pris un recul objectif et examiné ce que l’on voit, que l’on s’aperçoit de nombreux gestes identiques dans une certaine portion de la musique qu’on fait. Arrivé à « Squine Quirk » dans Mission, on sait que cette impulsion initiée dans le couplet va nous propulser dans un nouveau tourbillon de paroles rapides quand on arrive au refrain… et ce n’est pas que Gonetcha utilise toujours le même ressort dans tous les titres, mais ça finit évidemment par devenir attendu, et ça arrivera probablement aux auditeurs moyens de tous les jours. Cet effet finit par être plutôt un point négatif sur les idées et le son après plusieurs écoutes… même si chaque chanson présente une idée différente, utiliser une approche similaire a tendance a rendre l’œuvre presque trop unie ou parfois pas assez diverse. Je suis mitigé sur celle ci… J’ai bien aimé ce qui se passe sur la musique… ce pourrait être un exemple où le fait de prendre cet espace supplémentaire dans le chant pourrait payer, car ça laisserait l’instrumentation avoir plus de temps pour être mise en avant… genre ÉCOUTEZ ce titre quand il entre dans la deuxième minute, c’est mortel ! Je suppose que ce que je veux dire, c’est que le chant peut être cette couche de trop parfois… il y a de nombreux moments où la musique pourrait certainement parler par elle-même sur cet album. Et je ne dis pas que c’est mal, bien sûr que non… c’est un son/style de niche c’est sûr, mais ça marche. Tout ce que je dis c’est que le chant a tendance à être sur-investi dans toutes les chansons… et qu’à chaque fois que Gonetcha lance une impressionnante section musicale, on nous prouve que le chant n’est pas toujours indispensable. J’ai ADORÉ les brûlantes notes de guitare dans « Spine Quirk » quand on va vers sa fin spectaculaire.

Des chansons comme « Unexpected » m’ont dérouté, je vais pas mentir. Au niveau du couplet, je pense que c’est solide comme le roc, une fois de plus. Au niveau du refrain, je ne suis pas sûr de comprendre comment Gonetcha n’a pas voulu faire une autre prise en studio. Il y a un indéniable déséquilibre ici… le couplet a une intention assez animée, et le refrain a l’air de manquer l’occasion d’amener la chanson à un autre niveau. Comme s’il tirait l’énergie en arrière, même quand on peut entendre qu’il essaie de la pousser vers l’avant. Ça a du sens ? C’est un des titres les plus bizarres que j’ai entendus cette année en terme de cohérence… les dernières quarante-cinq secondes environ étaient du pur génie. Et d’où ça venait ? Jusque là, « Unexpected » semblait être un titre qui avait perdu sa visée et pourrait avoir bénéficié de quelques tentatives supplémentaires pour maximiser le son et l’énergie du refrain… Je ne vais pas dire que les quarante-cinq secondes finales sauvent la chanson toute entière, mais elles donnent un moment de rédemption et un point fort mémorable. Ça ne ressemble pas à Gonetcha à son meilleur niveau. Si on compare avec les autres titres de Mission, « Unexpected » a l’air d’errer à l’intérieur et à l’extérieur de la frontière qu’il délimite le reste du set… ça ressemble a une idée nouvelle qui a pu être précipitée. Je n’ai AUCUNE IDÉE sur la provenance de cette fin, follement incroyable, comme sortie de nulle part. Mais je dois bien admettre que quoi qu’il se passe dans cette section de cette chanson, c’est un son qui devrait certainement être d’avantage exploré par Gonetcha… c’est un des moments forts de Mission, sans aucun doute, aussi loin que mes oreilles sont concernées, et absolument « Unexpected » (inattendu) quand il arrive.

On finit avec « The Messenger ». On est devenus habitués à quelques tons dissonants dans le chant, au fil du temps, qui affectent la mélodie… mais il est important de noter à quel point certaines de ces idées sont exceptionnelles. L’écriture de « The Messenger » est ambitieuse, aventureuse, et vraiment stupéfiante. Je pense qu’il y a d’avantage de maturité dans la structure et le son de ce titre final que n’importe quel autre dans l’album. Ce qui, une fois de plus, nous laisse entrevoir où le potentiel de la musique de Gonetcha pourrai aller dans le futur. À propos du son, c’est vraiment proche de ce que ça devrait être… vraiment pas loin, préservant suffisamment du ton dans le caractère de la mélodie, ce qui nous permet de toujours entendre à quel point les idées sont globalement exceptionnelles. Je pense que les appels dans le refrain de « The Messenger » sont parmi les plus forts de l’album et une fois de plus, ces guitares et ces basses se démarquent très bien par leur créativité et leur apport coloré dans le son de la chanson. C’est une fin satisfaisante pour ce qui a été un voyage décisif dans le monde musical de Gonetcha. Maintes raisons d’être enthousiaste d’entendre ça. Et encore plus de raisons d’être enthousiaste à l’idée d’où ça peut aller.

 

Traduit de l’anglais par Gonetcha

 

Source

Back to reviews

Play Cover Track Title
Track Authors