0%

JER@SBS’s Review – Fickle Games

SHARE

Hey right on…been a while since we caught up with Gonetcha… last time around was close enough to this time last year I’d say…seems like the band is running like clockwork and getting a record out per year of its existence so far.  Which would make, by my calculation, Fickle Games, their third then.

So before I end up spinning one of these tunes from their latest album and spilling a bit more info about the band on the upcoming episode of the SBS Podcast…let’s check out this follow-up from their last record Mission and see what’s happening in the wild world of Gonetcha and their music these days.

Though my gut tells me that Gonetcha is likely to remain an acquired taste for many listeners out there with this new album, I can hear some real positive steps that have been made in between the last time around in 2018 and here on Fickle Games a year later.  Gonetcha’s got a notoriously quirkly Alt-Rock sound…some people go nuts for stuff like this, while others get nervous listening to something so far out on the fringe, even when it’s a genre they think they’ve got a grip on.  “Picture Me” will reveal a bit of that oddness that often exists between the low-tone vocals and music surrounding it in Gonetcha, but you’ll also hear some great moves forward here as this record begins & this project progresses forward.  I’ll say this…I’m not entirely in love with the vocals of the verse, but I do think that they’re much more nailed in the chorus – and then the final transition around the two-minute mark, they’re awesome.  So it’s a bit of a mix in the results, but it certainly ends this song on its strongest notes and carries confidently into a killer solo to finish this tune off.  Probably more to do with the constant flow of the vocals throughout the verse that has the melody feeling a little jammed, even despite the sparseness of the music surrounding them – the method gets flipped for the chorus with the words spreading out and the music expanding into a much fuller, thicker, & badass Rock-influenced sound.  “Picture Me” almost heads into a kind of Deep Purple-esque groove in the chorus…and I think people will dig that.  For me, it was all about that switch at the two-minute mark…”Picture Me” is just 3:22 long, but you get that last 1:22 to spend in a whole new direction of the song that worked extremely well for Gonetcha – like I wouldn’t go as far as to say it negates the efforts made prior to that transition, but that final nearly ninety-seconds of “Picture Me” pretty much exceeded every hope & expectation I could have had.

Like…take “Save Our Decay” as a way of measuring what you can expect from Gonetcha in terms of sound & style – for example, I’d put this band somewhere between Frank Zappa and the B-52’s when it comes to how this second tune came out with such personality on the vocals and such a willingness to explore the wilder-side of Punk-Pop/Alt-Rock.  Bass stands-out in this tune for the bounce it brings to the music, the lead guitar definitely gets the advantage of the rhythm-section being locked in so that it can roam around with colorful adds to the song and a general spirited attitude sprawling throughout the solos, verses, and chorus of this cut.  “Save Our Decay” has the advantage of some riffs that’ll definitely catch the people’s attention with the hooks they contain, smart frequencies & tones in transitions, and an energy that really never quits.  While the vocals will always be the polarizing point of Gonetcha’s overall sound for listeners – music’s history points to singers like this all throughout its history and the fact that the outsiders, those like Les Claypool or Zappa, can often catch fire with the people out there.  So whether YOU get it, or I get it…it really doesn’t matter – what I can tell ya, is that someone, MANY people out there WILL get it and feel these vibes…it’s been proven a million times in our history.  Weirdness & wildness quite often equate to a raging passion – and I’d argue that’s a ton of what fuels Gonetcha’s music and records…it’s that embrace of the magic of the moment and giving it all ya got…that’s what connects with music like this.  “Save Our Decay” moves swiftly through its catchy-Punk verses, keeps the guitars engaging, the bass rumbling, and boasts a pretty meaty structure throughout.  Where I’d offer some potential advice, at least in the studio…the call & the answer method applied in the chorus works, but I’d also record it like that too – as in, separate parts, separate tracks.  When you listen to the vocal flow of “Save Our Decay,” you can hear the demands it makes on the vocals due to the fast-pace of the movement & continuous stream of words…it sounds like the separate method is being used in the verses, but the chorus gets left to the one run-through perhaps…and you can hear the vocals just barely get through the whole experience with a little breath left in the dude’s lungs, spent by the end.  “Save Our Decay” on one track, the follow up line on the next…give the man some room to breathe and some space to make that punch of the lyrics come through as it should in the song’s most important moments.  Might switch it from a more hazy vibe to a sound that demands more attention.

Some good & bad in “Don’t Say Sorry” – Gonetcha’s going full-speed here throughout this one and there are a few casualties in the process, but for the most-part, quite an inventive idea at the roots.  I would toss every shout of “Hey” right outta here personally…it sounds like it would come with a leg-kick or choreographed movement with it…ultimately it helps with keeping the metering of the vocals on-point & I get that, but still.  Other than that…I’m fairly inclined to give most of this cut the thumbs-up of approval…it’s a demanding tune to play at the ripping tempo it’s at for more than half of this tune, but that’s also a signature part of the Gonetcha sound.  The instrumental section of this cut absolutely SLAYS – for that alone, I’d be willing to give this track the nod…once again, it felt like Gonetcha lit-up the latter-half of this track with inspired musicianship & crunchy distorted tones blazing it up towards the end.  Dissonance tends to get the better of the vocals in the verses of “Don’t Say Sorry,” but it felt like the rebound is strong in the performance throughout the pre-chorus & choruses to follow.  I’m always going to advocate on behalf of a bit more space…Gonetcha tries to stuff in a ton of words on a consistent basis – to the point where it causes that breathlessness at times…and whether it’s less lyrics or more run-throughs in the studio booth, unlocking that final piece of the puzzle is what takes this band to the next-level it’s seeking out.  Because the ideas and instrumentation are certainly there, no question about it – the vocals nearly are too…it’s just a matter of being objective, stepping back from the material to see if it both suits & serves the music, and being willing to go back to do it all again as required.  It’d be a different story if the dude was never on the mark at all…but when you know he’s capable, and likely just needs a bit more time or patience to get those flatter tones to fit the melody he’s searching for, then that’s a whole other thing.  Gonetcha hears music just like we do – we all have that same skillset when it comes to listening to music…and now it’s just about deciding whether or not certain tones really do fit.

“Giddy Buy” will have a few of the same issues as “Don’t Say Sorry” when it comes to the mic, but I think the spirited attitude of the music on this cut definitely has a lot of appeal as well that will triumph over that and keep people onboard.  Right from the drop, the guitars are completely enticing with that rad riff – and though it’s nestled in behind the personality of the guitar, the bass is also putting on a major highlight performance throughout this track.  While the verses might wander back & forth a bit in terms of contrasting with and complementing the tone of the vibe in the music, I can’t fault the execution on the chorus at all.  That’s not me saying it’s my thing personally – it’s not…I ain’t gonna lie, I’d take just about every part surrounding the chorus with all its quirks as opposed to experiencing the chorus – it’s just not something that appeals to my own personal taste is all.  Doesn’t mean it won’t appeal to yours – like I said, the execution is strong and even though it’s a repetitive lyric, it’s complex to deliver, like a tongue twister – but the dude pulls it off no problemo when it comes to the chorus.  Put it to you this way…there’s nothing seriously wrong with the chorus, it just really goes for a full-on Rock-N-Roll embrace is all…like I said, for some people, they won’t be able to get enough of that moment of this particular cut.  Ultimately, “Giddy Buy” has a lot of spark to the sound of the music…my gut tells me that the verse needs that same level of inspiration in it too, but you’ll find the chorus rise up to that challenge…energy-wise, I dig it.  Instrumentally, again, I think Gonetcha can flash serious moments of genuine brilliance through both the tone and recording of the music – listen to the way the guitar creeps in so damn perfectly around the 3:12 mark – that’s sonic gold right there and a killer sound filled with texture…LOVED what that did for this song and I dig the playful character in the solo afterwards too…but having that vibrant riff & tone come back once more at the end was also the perfect cherry on top to finish “Giddy Buy” on solid ground.

“More Witty” probably ended up being one of my favorites on this record – but here’s where I’d advise some real caution when it comes to how the vocals tend to flow as well.  From song-to-song, you can audibly hear a similar approach to many of the tunes throughout the record in terms of the melody on the mic – even though you can hear that happen on “More Witty,” it’ll naturally get a pass with listeners because the performance on this cut is way tighter overall.  Even though it comes out sounding a little familiar with Gonetcha’s identifiable style of vocals, it’s definitely one of the best representations of what this band is capable of to-date for sure.  Complements to the chef – “More Witty” ends up finding a real groove…it’s got that Alt-wildness & weirdness to the way the verse moves with such impressive bounce…but again, it’s almost like the more well-behaved cousin to Primus at that points, which I think a lot of people out there would dig.  Instrumentation-wise…musically…good lord – Gonetcha is crushing this tune with all kinds of colorful, innovative ideas that run rampant through the guitars, with the ever-reliable rhythm-section holding the fort secure while the guitars make the most of this whole track.  I’ll say this…sometimes I’m almost surprised at the endings you’ll find on these tunes throughout Fickle Games…”More Witty” is rock-solid all the way through, but even the ending on this tune provides a whole different direction and really strong hook that’s unique from the rest of the song.  Dave Grohl’s famous for saying something about how as a songwriter, he writes a verse and then writes a chorus – then he takes that chorus, uses it as the verse instead, allowing him to search for an even bigger moment in the chorus he’ll end up writing & eventually using in the recording later on.  I’d probably recommend having a look at that method for Gonetcha…because it often feels like some of the most incredible moments of these songs are relegated to the shortest amount of time…like if you listen to the hook at the end of “More Witty” you’ll know what I mean – that would be a main hook in another band’s song and Gonetcha almost adds it in here at the end as an afterthought.  It’s kind of incredible really…I think it’s something that…I mean, I like how the stakes get raised for great endings to these tunes – but the ideas themselves are so strong sometimes I’d definitely like to see them get more time.Strong mid-section of this record – “I Need To Know” has some of the most gripping sound you’ll hear on any of these tunes and a completely accessible one at that.  Gonetcha almost reaches back towards the psych-60’s for part of this vibe, and nearly like a more subtle Queens Of The Stone Age as well – it’s a really cool balance that gets discovered in this vibe that definitely connected for me.  The bass is a constant presence and keeps the cool of this track flowing, the additional flute-samples in the mix help strengthen the atmosphere – but at the end of the day, if you were to ask me what people are going to remember, it’s the insanely cool riff that fuels the verses of “I Need To Know” – that’s just top-shelf sound right there is what that is.  Gonetcha needs to be mindful of not giving up on the energy on the microphone…the verse comes out with genuine spark…the chorus is right on the money and probably around the spot that we’re all looking for this project to rise to…the pre-chorus though, is missing that oomph that makes these other two parts surrounding it really shine & stand-out.  So with it being a pre-chorus, it’s obviously just a tiny fraction of the overall song…but it’s something to keep in mind going forward, especially on a song like “I Need To Know” that’s really asking for that added energy like you find in the chorus of this tune bringing to the surface.  At the end of the day, I don’t think there’s much that could keep people away from this cut…there are serious hooks in this music that radiate catchy sound from the lefts to the rights within the music, and the chorus of this cut is a real highlight on this record…tons of reasons that “I Need To Know” comes out spectacular…Gonetcha is movin’ & groovin.’

The similarities in vocal-flow will creep up on “Rebel Hour” once again, potentially costing this cut a bit of its maximum reach to listeners out there…and hopefully, that’s not the case.  For one thing, I think this might be one of my favorite cuts when it comes to the music here…Gonetcha’s almost borrowed a move out of the Chili Peppers’ playbook from back in their party days towards the beginning of their career.  Loved the interaction between the guitars and bass of this tune…solid snap on the snare to keep it all in line was perfect & all it needed there – and the expansion of the transition into that instrumental section around the first minute was completely awesome.  That’s where you really pick up on that Chili Peppers-esque sound for a moment…the spirit of the overall song probably traces back to their early days, but that particular moment feels like it could have fit right onto One Hot Minute, which is really cool too…it’s kind of a hybrid between those two parts of that band’s timeline, through Gonetcha’s perspective & approach to the style instead.  In any event, I think this one comes out strong – you could argue that the guitar solo maybe colors just slightly outside of the lines, but to me & knowing what Gonetcha’s all about as best I can understand it, it really represented that wildness of purely rockin’ out.  “Rebel Hour” lyrically does a great job of representing that socially-conscious spirit of the punk-funk vibe as well…on an album I might be looking for a bit more diversity in the vocal melodies & flow from track-to-track, but if this was the first cut you heard from Gonetcha, you’d come out with a favorable opinion for sure.  Heck, even though I’m craving slightly more variety vocally, I still have no problem jamming this tune and have done so loud’n’proud many times – my opinion’s still favorable, I’m just here to push projects like Gonetcha towards that next phase of their evolution as best I can with any observations I can make, that’s all.  Lots of great sounds & smart lyricism that suit the vibe throughout “Rebel Hour.”

With how incredible that bass comes out sometimes you’d almost be surprised that Gonetcha doesn’t permanently go the Funk or Disco route – because like…DAMN that’s good stuff!  Listen to the musicianship in the bass-department on “By Myself” – definitely a highlight there for sure.  The rest of this tune is much tougher to examine…I suspect for most listeners, those guitars are probably up a bit further in the mix than they need to be this time around.  The bass & drums completely stand-out, and you want them too in the mix as well – having the guitars up at all times, keeps moments like the solo even from standing out maybe as much as it should.  On “By Myself,” it almost sounds like the guitars might even get just a bit quieter in the mix right around then, which is where they should probably come up just a bit more than the rest of the guitars throughout the song, but with them up above the rest already, you can’t pull that move off twice without it becoming extremely noticeable, know what I mean?  Bringing the guitars down a bit to let the killer rhythm section in this song stand-out more would be a great move, but it would also allow for additional dynamics in the way the guitars can be mix later on in the song as well, I suppose that’s what I’m getting at.  When they’re already at the top of the mix, you can’t really make them more-top than they already are – make sense?  And it’s not like Gonetcha doesn’t know this somewhat…the double-pump isn’t pulled on the song’s most dominating element, it just doesn’t have any additional room to flex its badass sound, that’s all.  As always, I’m advocating for space.  All that being said – I think that “By Myself” is probably one of the more different tunes on Fickle Games by comparison to the rest from its beginning to end when it comes to the vocals; Gonetcha might wander a bit too far out with the complex melody of the design of the flow on this one and lose a few people in the process, but as a fan and a dude that’s been listening to this project develop, I like that you can hear the songwriting reaching more confidently for uniqueness in the unknown here.  Plus don’t get me wrong – I love the guitar solo on this cut, I just think it should have been a bit louder…as per the standard, Gonetcha chooses to light this track up with wild & vibrant personality in the music towards the end of “By Myself,” but it also takes a bit of a backseat to the dominant sound of the vocals on top.

“Losing Control” is an interesting track to listen to in the sense that it almost works the Gonetcha style, but in reverse order.  To be completely honest, I was a little shocked that the intro didn’t resurface later on in the song; I totally get how that Funk/Rock main riff is attractive, but the main hooks, the most captivating hooks – they’re right there at the beginning of this song, rather than the end this time around.  The opening of this tune…how do I put this…that revving of the engine, that build-up – it’s freakin’ gold Gonetcha!  And it’s tossed aside in favor of the rest!  Don’t get me wrong, there’s still a song & an idea to follow the intro, it’s just surprising, because to me that’s such a noticeably enticing part of “Losing Control.”  The stop/start beat of this track works, the vocal flow hits a few snags in the metering but comes out pretty solid…I’m a little undecided on the main riff of the guitars – I like it, but I feel like it’s really being leaned on to carry this tune.  While it’s strong, I’m not sure if it’s that strong, know what I mean?  Felt like we needed a bit more in this one at points, even with the clever bridges like around the 2:45 mark, which was another cool avenue of sound for this song to explore; those verses come out a bit bare in the sense that, if you weren’t in love with the riff, there’s nothing else for ya to latch onto – and that might be something for Gonetcha to consider.  Or maybe I’m just a little jaded because I really wanted more of this song’s first fifteen seconds to flare-up again somewhere down the line and it never happened for me!  We can’t always get what we want, that’s how it goes sometimes – bottom line is, there’s a killer moment yet again in this song and Gonetcha has found a way to include at least a killer idea, riff, or part in each of these tunes to give them a redemptive quality.

I know I’ve spent a lot of time pointing out this or that…it’s only because Gonetcha has always been seeking to improve and evolve as it progresses over time…I’m more than happy and more inclined to invest more time, words, and effort when I know what’s being said is actually being considered on the other side of the screen.  On “Look For Me,” for example, I didn’t exactly love the parts for the vocals melody-wise/lyrics this time around, but I wasn’t indifferent either, which is good – but what I loved was the performance on this tune in comparison to many of the others.  As far as the singing in Gonetcha goes – this song clearly goes for a bit more…there’s more space in the chorus to let the notes ring out more – and that’s exactly what happens here, which draws out some really cool, dramatic, theatrical, and well-sung moments on “Look For Me.”  Maybe around the 2:30 mark in the bridge there, the vocals might need a bit more spark to’em, but for the most part, the bulk of this song features some of Gonetcha’s better vocals to-date in what’s actually quite a challenging part, and uniquely sung song.  Definitely some deadly guitars & slick bass in the mix of this tune as well…you can feel the mayhem, menace, and electricity in the energy of this tune, building-up and just waiting for that opportunity to burst open even further, which Gonetcha pulls off really well in the fast-paced intensity of the chorus.

Innovative & inventive beginning to “Flee Or Fight” as well…I think in the verses, I’d probably recommend bringing the guitars down a bit and the bass/drums up a little as well…not just this tune, but overall I suppose.  I’m trying to think of what would best fill that absence of sound without taking away the space that exists, and I’d be willing to bet experimenting with the mix & volume a bit more might end up bringing the music to a thicker vibe.  Because like…if you listen to how the chorus on “Flee Or Fight” comes out – I’d say that’s exactly what you’re going for…that’s a perfect mix at that point.  I’m not so sure the verses of these tunes always need to dial it back quite as far as they do sometimes…and in the particular case of “Flee Or Fight,” I wouldn’t go as far as to say the guitar tones are grating exactly, but they’re slightly in-your-face when it comes to how much they dominate the mix with their treble-up tones in the verse of this cut.  I ain’t gonna lie…all-in-all, “Flee Or Fight” is kind of a bizarre tune structurally & melody-wise, but it’s interesting at the same time…if there’s one thing that can certainly be said of Gonetcha, it’s that you don’t hear too many things out there that would totally remind you of what’s happening here.  Maybe a piece or two in comparison every so often, but for the most part, Gonetcha’s goin’ its own route…regardless of how anyone feels about any given song or record, no one could deny that there’s a verifiably identifiable & signature sound at work here you could easily pick out.

Saving one of the best for last, “No Limit” ends Fickle Games on the strengths of Gonetcha’s oddly charming personality and what’s likely the strongest hook you’ll find on any song, with the best harmonies you’ll find on this record bar-none.  Gonetcha makes bouncy & playful movements throughout the verse…and I’ve got no issues there, you can hear the spark and punch in the words – but LISTEN to that chorus will ya?  Now you tell me what other moment you’d stack that up against on the album and try to convince me it’s stronger…because I think this final song might very well contain the entire record’s most memorable highlight.  This is what I was saying before about how we all hear music with the same two ears essentially – there’s no one out there that could deny how well the vocals on the chorus of this tune have come out – and whatever the method, mix, or motivation may be – that’s the kind of sound that Gonetcha should harvest, if not bottle-up and sell to the masses.  And as IF there haven’t been enough reasons to really dig this final tune already – the solo on this song would also be among the best, if not the best, that you’ll find on Fickle Games as well.  The tones of the guitar are straight-up outstanding for the majority of the solo and it creates a huge moment on this final track.  The bass…I mean…c’mon…what else can be said about the bass?  It’s pretty much been the all-star and the most reliable force at all times throughout this entire set…it might get outshined by the most stunning moments of the guitars or vocals surrounding it perhaps, but at the core of it all, the bass has driven many of these tunes to their success.  It plays another all-star role at the end of the album on “No Limit” for sure.  Vocally though, above all things…I think you’ve gotta give props to Gonetcha for raising the stakes in a major way right at the end of Fickle Games on “No Limit” and maybe even giving a nod to the future to come – there’s a lot of reasons to take a good listen to & look at this last track for what worked and take these amazing positives found within throughout it into that next album to follow.

Be sure to tune-in to the next episode of the SBS Podcast where I’ll share some more thoughts on Gonetcha with ya and spin one of these shiny new tunes on the show later this week!  Until then, make sure to visit the official pages below for music and more information on all-things-Gonetcha!

Hé bien, ça fait un moment que nous n’avons pas entendu Gonetcha… la dernière fois, c’était assez proche de la même période de l’année dernière, je dirais… le groupe fonctionne comme sur des roulettes et enregistre un disque par an d’existence jusqu’à présent. Ce qui ferait, selon mon calcul, de Fickle Games, leur troisième alors.

Donc, avant que je fasse tourner l’un de ces morceaux de leur dernier album et que je donne un peu plus d’informations sur le groupe à propos du prochain épisode du podcast SBS… regardons cette suite de leur précédent album Mission et voyons ce qui se passe dans le monde sauvage de Gonetcha et leur musique ces jours-ci.

Bien que mon instinct me dise que Gonetcha restera probablement quelque chose d’acquis pour de nombreux auditeurs avec ce nouvel album, j’entends de véritables pas en avant qui ont été franchis entre la dernière fois en 2018 et ici sur Fickle Games, un an plus tard. Gonetcha a un son Alt-Rock notoirement bizarre… certaines personnes en raffolent, alors que d’autres sont nerveuses en écoutant quelque chose d’aussi loin des sentiers battus, même si c’est un genre qu’elles pensent maîtriser. « Picture Me » révélera un peu de cette bizarrerie qui existe souvent entre la voix basse et la musique qui l’entoure dans Gonetcha, mais vous entendrez également de belles avancées lorsque ce disque commencera et que le projet avancera. Je vais dire ceci… Je ne suis pas complètement amoureux des voix du couplet, mais je pense qu’elles sont beaucoup plus assises dans le refrain – et ensuite la transition finale autour de deux minutes, c’est génial. C’est donc un peu un résultat mitigé, mais il termine certainement cette chanson sur ses notes les plus fortes et se poursuit avec assurance dans un solo meurtrier pour terminer cette partition. Probablement plus en rapport avec le flux constant des voix tout au long du couplet qui donne un sentiment de mélodie brouillée, même en dépit de la rareté de la musique qui les entoure – la méthode est inversée pour le refrain avec les mots qui s’allongent et la musique qui s’étend dans un son beaucoup plus plein, plus épais et dur à cuire, influencé par le rock. « Picture Me » se dirige presque dans une sorte de groove à la Deep Purple dans le refrain… et je pense que les gens vont aimer ça. Pour moi, tout s’est joué dans le déclic des deux minutes… « Picture Me » ne dure que 3:22, mais vous avez cette dernière minute et vingt-deux secondes à passer dans une nouvelle direction de la chanson qui fonctionne très bien chez Gonetcha – je n’irais pas jusqu’à dire que cela annule les efforts déployés avant cette transition, mais ce final de « Picture Me », d’une durée d’environ quatre-vingt-dix secondes, a largement dépassé tous les espoirs et toutes les attentes que j’aurais pu avoir.

Genre… prenons « Save Our Decay » comme moyen de mesurer ce que l’on peut attendre de Gonetcha en termes de style et de son – par exemple, je mettrais ce groupe quelque part entre Frank Zappa et les B-52 en ce qui concerne la façon dont le second morceau est arrivé avec une telle personnalité au chant et une telle volonté d’explorer le côté sauvage du Punk-Pop/Alt-Rock. Dans ce morceau, la basse se démarque par le rebond qu’elle apporte à la musique. La guitare lead tire définitivement l’avantage de la section rythmique, ce qui lui permet de se déplacer avec des ajouts colorés à la chanson et une attitude générale inspirée qui s’étend à travers les solos, les couplets et le refrain de ce morceau. « Save Our Decay » bénéficie de certains riffs qui vont certainement attirer l’attention des gens avec les idées qu’ils contiennent, des fréquences intelligentes et des tonalités en transition, et une énergie qui ne s’arrête jamais. Alors que la voix sera toujours le point de polarisation du son global de Gonetcha pour les auditeurs, l’histoire de la musique rappelle de tels chanteurs tout au long de son histoire et le fait que les outsiders, tels que Les Claypool ou Zappa, peuvent souvent susciter l’intérêt des gens. Donc, que ça vous touche ou pas, ce n’est pas grave – que je peux vous dire, c’est que BEAUCOUP de gens seront touchés et ressentiront ces vibrations… cela a été prouvé des millions de fois dans notre histoire. Bizarre et sauvage sont souvent assimilables à une passion déchaînée – et je dirais que c’est largement ce qui alimente la musique et les disques de Gonetcha… c’est cette étreinte de la magie du moment et de tout donner, c’est ce qui est relié à une musique comme celle-ci . « Save Our Decay » déroule rapidement ses couplets catchy-Punk, maintient les guitares attrayantes, la basse grondante et possède une structure plutôt charnue. C’est là que j’aurais offert quelques conseils potentiels, au moins en studio… la méthode d’appel et de réponse appliquée dans l’approche du refrain, mais je l’enregistrerais aussi comme ça – comme dans des parties séparées, des pistes séparées. Lorsque vous écoutez le flux vocal de « Save Our Decay », vous pouvez entendre les exigences du chant en raison de la rapidité du mouvement et du flux continu de mots… on dirait que la méthode séparée est utilisée dans les couplets, mais le refrain est enregistré en une prise peut-être… et vous pouvez entendre le chant à peine finir toute l’expérience avec preque plus de souffle dans les poumons du mec, épuisé à la fin. « Save Our Decay » sur une piste, la ligne de suivi sur la suivante… donnez à l’homme de la place pour respirer et un espace pour faire ressortir les paroles comme il se doit dans les moments les plus importants de la chanson. On pourrait passer d’une ambiance plus floue à un son qui demande plus d’attention.

Quelques bonnes et mauvaises choses dans « Don’t Say Sorry« , Gonetcha va à fond tout au long de celle-ci et il y a quelques victimes dans le processus, mais pour la plupart, une idée assez inventive à la base. Je jetterais chaque cri de «Hey» personnellement… on dirait que ça viendrait avec un mouvement de jambe ou une chorégraphie… au final ça aide à garder la mesure de la voix dans le temps et je comprends ça, mais bon. À part ça… je suis plutôt enclin à donner à la majeure partie de ce morceau les pouces levés… c’est un morceau exigeant à jouer à un tempo très rapide, pendant plus de la moitié de ce morceau, mais c’est aussi une partie emblématique du son de Gonetcha. La section instrumentale de ce titre DÉCHIRE complètement – rien que pour ça, je serais prêt à donner mon accord à ce titre… une fois encore, j’avais l’impression que Gonetcha avait éclairé la seconde partie de ce titre avec une musicalité inspirée et des sons distordus crunchy et flamboyants jusqu’à la fin. La dissonance a tendance à avoir le dessus sur les voix dans les couplets de « Don’t Say Sorry », mais il a semblé que la relance est puissante dans la performance tout au long des pré-refrains et des refrains suivants. Je vais toujours défendre l’idée de laisser un peu plus d’espace… Gonetcha essaie d’introduire une tonne de mots sur une base cohérente – au point que cela provoque parfois un essoufflement… et qu’il s’agisse de paroles moins nombreuses ou de plus de prises en studio, la dernière pièce du puzzle est ce qui amène ce groupe au niveau supérieur qu’il recherche. Parce que les idées et l’instrumentation sont certainement au rendez-vous, pas de doute, les voix le sont presque aussi… c’est juste une question d’objectivité, de prendre du recul sur le travail pour voir si cela va avec la musique, et d’y revenir, de tout refaire si nécessaire. Ce serait une histoire différente si le mec n’était jamais du tout dans le temps… mais quand vous savez qu’il en est capable, et qu’il a probablement besoin d’un peu plus de temps ou de patience pour obtenir ces tonalités plus graves qui correspondent à la mélodie qu’il recherche, alors c’est une toute autre chose. Gonetcha entend la musique comme nous – nous avons tous les mêmes compétences en matière d’écoute de la musique … et il s’agit maintenant de décider si certaines tonalités conviennent ou non.

“Giddy Buy” aura quelques-uns des mêmes problèmes que “Don’t Say Sorry” en ce qui concerne le micro, mais je pense que l’attitude enthousiaste de la musique de cette version a certainement beaucoup d’attrait qui triomphera sur cela et gardera les gens embarqués. Dès le début, les guitares sont tout à fait séduisantes avec ce riff magnifique. Bien qu’elle soit nichée derrière la personnalité de la guitare, la basse offre également une performance exceptionnelle dans ce morceau. Bien que les couplets puissent aller et venir un peu en termes de contraste et de complément du ton de l’ambiance dans la musique, je ne peux absolument rien reprocher à l’exécution sur le refrain. Je ne suis pas en train de dire que c’est mon truc personnellement – ce ne l’est pas… je ne vais pas mentir, je prendrais à peu près tout ce qui entoure le refrain avec toutes ses bizarreries, plutôt que le refrain lui-même – ce n’est tout simplement pas quelque chose qui m’attire personnellement, c’est tout. Ça ne veut pas dire que ça ne va pas vous plaire à vous – comme je l’ai dit, l’exécution est forte et même si c’est un phrasé répétitif, c’est complexe à faire, comme un virelangue – mais le mec s’en sort très bien sans problème dans refrain. Prenons-le ainsi: il n’y a rien de grave dans le refrain, c’est vraiment une étreinte complètement Rock-N-Roll, c’est tout… comme je l’ai dit, pour certaines personnes, ce moment particulier du morceau sera trop court. En fin de compte, “Giddy Buy” a beaucoup de points forts dans le son de la musique… mon instinct me dit que le couplet a besoin du même niveau d’inspiration, mais vous constaterez que le refrain relève ce défi… en matière d’énergie, j’aime. Encore une fois, je pense que Gonetcha est capable d’exposer de vrais moments de brillance à la fois au son et à l’enregistrement de la musique. Écoutez la façon dont la guitare s’insinue si parfaitement autour de 3:12 – c’est de l’or sonore, c’est meurtrier. un son empli de texture… J’ADORE ce que cela a fait pour cette chanson et j’aime le caractère enjoué dans le solo qui suit… mais le fait que ce riff cette tonalité vibrante revienne une fois de plus à la fin était également la cerise parfaite pour finir “Giddy Buy” sur une base solide.

“More Witty” a probablement été l’une de mes favorites sur cet album, mais c’est là que je vous conseille de faire preuve de la plus grande prudence pour ce qui est de la façon dont le chant a tendance à circuler. De chanson en chanson, vous pouvez entendre de manière audible une approche similaire à celle de nombreux morceaux du disque en termes de mélodie au micro – même si vous entendez dire que cela se produit dans « More Witty », cela passera naturellement avec les auditeurs parce que la performance sur ce morceau est beaucoup plus réussie dans l’ensemble. Même si cela semble un peu familier avec le style de voix identifiable de Gonetcha, c’est certainement l’une des meilleures représentations de ce que ce groupe est capable de faire à ce jour à coup sûr. Mes compliments au chef – “More Witty” finit par trouver un vrai groove… il a cette altérité et cette étrangeté dans la façon dont le couplet se déplace avec un rebond aussi impressionnant… mais encore une fois, c’est presque comme le cousin plus sage de Primus à ce point là, et je pense que beaucoup de gens aimeront. Au niveau instrumentation… musicalement… mon Dieu – Gonetcha déchire tout sur cette mélodie avec toutes sortes d’idées colorées et innovantes qui font rage parmi les guitares, la section rythmique toujours fiable assurant la sécurité du fort pendant que les guitares tirent le meilleur parti de tout ce titre. Je dirai ceci… parfois je suis presque surpris des fins que vous trouverez sur ces chansons tout au long de Fickle Games… « More Witty » est solide comme un roc, mais même la fin de cette chanson offre une toute autre direction et un virage vraiment fort qui est unique du reste de la chanson. Dave Grohl est célèbre pour avoir dit quelque chose sur la façon dont il est compositeur. Il écrit un couplet, puis un refrain. Ensuite, il prend ce refrain et l’utilise comme couplet, ce qui lui permet de rechercher un moment encore plus grand dans le refrain qu’il finit par écrire et à utiliser dans l’enregistrement plus tard. Je recommanderais probablement à Gonetcha de jeter un coup d’œil sur cette méthode… car on a souvent l’impression que certains des moments les plus incroyables des chansons sont relégués à de courtes durées… genre si vous écoutez la partie à la fin de « More Witty » vous comprendrez ce que je veux dire – ce serait un refrain principal dans la chanson dans un autre groupe et Gonetcha l’a presque ajouté ici, à la fin, après coup. C’est un peu incroyable, vraiment… Je pense que c’est quelque chose que… Je veux dire, j’aime quand au augmente la tension pour donner une belle fin à ces chansons – mais les idées elles-mêmes sont tellement fortes parfois je voudrais vraiment les voir disposer de plus de temps.

La partie centrale de cet enregistrement – « I Need To Know » contient l’un des sons les plus saisissants que vous puissiez entendre sur tous ces morceaux et un son totalement accessible. Gonetcha revient presque vers les psych-60’s pour une partie de cette ambiance, et ressemble à une subtle version de Queens of the Stone Age: c’est un équilibre vraiment cool qui se découvre dans cette ambiance qui m’a vraiment attiré. La basse est une présence constante et maintient la fraîcheur de cette piste, les samples de flûte supplémentaires dans le mix contribuent à renforcer l’atmosphère – mais au final, si vous me demandez de quoi les gens se souviendront, le riff incroyablement cool qui alimente les couplets de « I Need To Know » – c’est juste un son de qualité supérieure, voilà ce que c’est. Gonetcha doit faire attention à ne pas abandonner l’énergie du microphone… le couplet sort avec une véritable étincelle… le refrain tombe très just et probablement autour de l’endroit où nous cherchons tous ce projet… Le pré-refrain manque cependant de ce punch qui fait que ces deux autres parties qui l’entourent brillent et se démarquent vraiment. Donc comme c’est un pré-refrain , ce n’est évidemment qu’une infime fraction de la chanson en général… mais c’est quelque chose à garder à l’esprit, surtout sur une chanson comme « I Need To Know » qui demande vraiment une énergie supplémentaire comme on la trouve dans le refrain de ce titre, affleurant en surface. Au final, je ne pense pas qu’il y ait grand-chose qui puisse éloigner les gens de cette chanson… il y a de bonnes idées dans cette musique qui transmettent un son accrocheur de part et d’autre dans la musique, et le refrain de ce morceau est un véritable point fort de cet album… des tonnes de raisons pour lesquelles “I Need To Know” est spectaculaire… Gonetcha bouge et groove.

Les similitudes dans le flux vocal reviendront une fois de plus sur « Rebel Hour », ce qui risquerait de coûter un peu plus de sa portée aux auditeurs… et, espérons-le, ce n’est pas le cas. Tout d’abord, je pense que c’est peut-être l’un de mes morceaux préférées quand il s’agit de la musique… Gonetcha a presque emprunté un extrait du style des Chili Peppers, retour sur les « party days » de leurs débuts. J’ai adoré l’interaction entre les guitares et la basse de ce morceau… Une prise solide sur la caisse claire pour que tout reste en ligne était parfaite et tout ce dont elle avait besoin – et l’extension de la transition dans cette section instrumentale autour de la première minute était complètement impressionnante. C’est là que l’on entend vraiment ce son de Chili Peppers un instant… L’esprit de la chanson en général remonte probablement à leurs débuts, mais ce moment particulier donne l’impression qu’il aurait pu s’inscrire directement dans One Hot Minute, qui est vraiment cool aussi… c’est en quelque sorte un hybride entre ces deux parties de la chronologie de ce groupe, à travers la perspective et l’approche du style de Gonetcha. En tout état de cause, je pense que celui-ci est fort – on pourrait dire que le solo de guitare est peut-être un peu en dehors des lignes, mais pour moi et sachant ce que Gonetcha représente du mieux que je peux comprendre, cela représentait vraiment cette sauvagerie. purement rock. « Rebel Hour », au niveau des paroles, fait un excellent travail de représentation de cet esprit socialement conscient de l’ambiance punk-funk… sur un album, je recherche peut-être un peu plus de diversité dans les mélodies vocales et le flux d’une piste à l’autre, mais si c’était la première fois que vous entendiez parler de Gonetcha, vous auriez certainement un avis favorable. Bon sang, même si je désire un peu plus de variété vocalement, je n’ai toujours aucun problème à écouter ce morceau et à le faire si fort à plusieurs reprises – mon opinion est toujours favorable, je suis simplement ici pour pousser des projets comme Gonetcha à cette prochaine phase de leur évolution du mieux que je peux avec toutes les observations que je peux faire, c’est tout. Beaucoup de bons sons et de lyrisme intelligent qui conviennent à l’ambiance de «Rebel Hour».

Avec l’incroyable arrivée de cette basse parfois, vous seriez peut-être presque surpris que Gonetcha n’adopte pas en permanence la voie du funk ou du disco – parce que, genre… WOW, c’est bon ça! Écoutez la musique dans la partie de la basse sur « By Myself » – certainement un moment fort ici. Il est beaucoup plus difficile d’examiner le reste de cette chanson… Je suppose que pour la plupart des auditeurs, ces guitares sont probablement un peu plus avancées que prévu. La basse et la batterie se démarquent complètement, et vous les voulez aussi dans le mix. Avoir les guitares montées tout le temps empêche les moments comme le solo de se distinguer peut-être autant qu’il le devrait. Sur « By Myself », on dirait presque que les guitares pourraient même devenir un peu plus calmes dans le mixage à ce moment-là, c’est là qu’elles devraient probablement apparaître un peu plus que le reste des guitares tout au long de la chanson, mais commes elles sont déjà au-dessus du reste, vous ne pouvez pas utiliser cette méthode deux fois sans qu’elle devienne extrêmement perceptible, vous voyez ce que je veux dire? Réduire un peu les guitares pour laisser la section rythmique ravageuse de cette chanson se démarquer davantage serait un très bon choix, mais cela permettrait également une dynamique supplémentaire dans la manière dont les guitares peuvent être mixées plus tard dans la chanson. Je supposons que c’est là où je veux en venir. Quand elles sont déjà au sommet du mix, vous ne pouvez pas vraiment les rendre plus haut qu’elles le sont déjà – ça a du sens? Et ce n’est pas comme si Gonetcha ne le savait pas quelque part… la double pompe n’a pas tiré sur l’élément le plus dominant de la chanson, elle n’a tout simplement aucune marge supplémentaire pour exposer son son badass, c’est tout. Comme toujours, je préconise l’espace. Tout cela étant dit, je pense que « By Myself » est probablement l’un des titres les plus différents de Fickle Games par rapport au reste du début à la fin en ce qui concerne le chant; Gonetcha pourrait s’aventurer un peu trop loin avec la mélodie complexe de la conception du flux sur celui-ci et perdre quelques personnes dans le processus, mais en tant que fan et mec qui a écouté ce projet se développer, j’aime que vous puissiez entendre l’écriture de la chanson atteindre avec plus de confiance le caractère unique de l’inconnu. En plus, ne vous méprenez pas, j’aime le solo de guitare sur ce morceau, je pense simplement que ça aurait dû être un peu plus fort… Gonetcha a choisi d’éclairer ce morceau avec une personnalité sauvage et vibrante dans la fin de “By Myself”, mais cela prend également un peu de recul en faveur du son dominant des voix.

« Losing Control » est un titre intéressant à écouter dans le sens où cela fonctionne presque dans le style Gonetcha, mais dans l’ordre inverse. Pour être tout à fait honnête, j’ai été un peu choqué que l’intro ne soit pas apparue plus tard dans la chanson; je comprends tout à fait l’attractivité de ce riff principal Funk/Rock, mais les idées principaes, les plus captivantes – elles sont là au début de la chanson, plutôt que la fin cette fois-ci. L’ouverture de cette chanson… comment puis-je dire cela… cette rotation du moteur, cette accumulation, c’est de l’or en barre Gonetcha! Et c’est rejeté en faveur du reste! Ne vous méprenez pas, il y a encore une chanson et une idée à suivre après l’intro, c’est juste surprenant, car pour moi c’est un élément tellement attrayant de « Losing Control ». Le battement stop/début de cette piste fonctionne, le flow a quelques difficultés sur le temps mais ressort assez solide… Je suis un peu indécis sur le riff principal des guitares – j’aime ça, mais j’ai l’impression qu’on se repose vraiment dessus pour porter ce morceau. Même s’il est fort, je ne sais pas si c’est aussi fort, vous voyez ce que je veux dire? C’était comme si nous avions besoin d’un peu plus à certain moments dans ce titre, même avec les ponts astucieux comme autour de 2:45, ce qui était une autre idée intéressante pour le son à explorer dans cette chanson; ces couplets sont un peu dénudés, car si vous n’aimiez pas le riff, il n’ya rien d’autre sur lequel vous pouvez vous appuyer – et Gonetcha pourrait en tenir compte. Ou peut-être que je suis juste un peu blasé parce que je voulais vraiment que les quinze premières secondes de cette chanson reprennent leur éclat quelque part dans la durée et cela ne m’est jamais arrivé! Nous ne pouvons pas toujours obtenir ce que nous voulons, c’est ainsi que les choses se passent parfois – au final, il y a encore un moment qui tue dans cette chanson et Gonetcha a trouvé un moyen d’inclure au moins une idée, un riff ou une partie tueuse dans chaque chanson pour leur donner une qualité rédemptrice.

Je sais que j’ai passé beaucoup de temps à souligner ceci ou cela… c’est uniquement parce que Gonetcha a toujours cherché à s’améliorer et à évoluer au fil du temps… Je suis plus que content et plus enclin à investir plus de temps, de mots, et des efforts lorsque je sais que ce qui est dit est en train d’être envisagé de l’autre côté de l’écran. Sur « Look For Me », par exemple, je n’aimais pas vraiment les parties du chant mélodie/paroles cette fois-ci, mais je n’étais pas indifférent non plus, ce qui est une bonne chose – mais j’ai aimé la performance sur cette chanson en comparaison avec beaucoup d’autres. Pour ce qui est du chant dans Gonetcha – cette chanson va clairement un peu plus loin… il y a plus d’espace dans le rerfain pour laisser les notes sonner davantage – et c’est exactement ce qui se passe ici, ce qui en tire des scènes vraiment cool, dramatiques, théâtrales, et des moments bien chantés sur «Look For Me». Peut-être aux alentours de 2:30 au pont, la voix aurait peut-être besoin d’un peu plus d’étincelle, mais l’essentiel de cette chanson contient les meilleures voix de Gonetcha à ce jour dans une partie plutôt difficile et une chanson chantée de manière unique. Certainement des guitares mortelles et des basses subtiles dans le mélange de cette mélodie également… vous pouvez sentir le chaos, la menace et l’électricité dans l’énergie de cette mélodie, qui se construit et qui n’attend que cette occasion pour s’ouvrir davantage, ce que Gonetcha exécute vraiment bien dans l’intensité rapide du refrain.

Un commencement innovant et inventif pour « Flee or Fight »… Je pense que dans les couplets, je recommanderais probablement de baisser un peu les guitares et la basse/batterie aussi… pas seulement ce morceau, mais globalement, je suppose. J’essaie de penser à ce qui pourrait le mieux combler cette absence de son sans supprimer l’espace qui existe, et je serais prêt à parier qu’expérimenter avec le mixage et le volume un peu plus pourrait finir par donner à la musique une ambiance plus épaisse. Parce que genre… si vous écoutez le refrain de “Flee Or Fight” – je dirais que c’est exactement ce que vous cherchez… c’est un mélange parfait à ce stade. Je ne suis pas sûr que les couplets de ces chansons aient toujours besoin de les rappeler aussi souvent qu’ils le font parfois… et dans le cas particulier de « Flee Or Fight », je n’irais pas jusqu’à dire que les sons de guitare sont trop présents, mais ils sont légèrement « dans ta face » quand il s’agit de leur domination dans le mix avec leurs tons aigus dans le couplet de ce morceau. Je ne vais pas mentir… en somme, “Flee Or Fight” est une chanson étrange sur le plan structurel et mélodique, mais c’est intéressant en même temps… s’il y a bien une chose à dire de Gonetcha, c’est que vous n’entendez pas trop de choses qui pourraient vous rappeler totalement ce qui se passe ici. Peut-être un morceau ou deux en comparaison de temps en temps, mais pour la plupart, Gonetcha suit son propre chemin… quel que soit le sentiment de chacun sur une chanson ou un disque, personne ne peut nier qu’il existe un son signature clairement identifiable en marche, qui peut vous embarquer.

On garde l’un des meilleurs pour la fin, « No Limit » conclut Fickle Games avec les forces de la personnalité étrangement charmante de Gonetcha et de ce qui est probablement le refrain le plus puissant de toutes les chanson, avec les meilleures harmonies que vous trouverez sur ce disque, point barre. Gonetcha fait des mouvements joyeux et enjoués tout au long du couplet… et je n’ai aucun problème à ce niveau, vous pouvez entendre l’étincelle et le punch dans les mots – mais ÉCOUTEZ ce refrain, sérieux? Maintenant, dites-moi quel autre moment vous mettriez en face tenteriez de me convaincre que c’est plus fort… parce que je pense que cette dernière chanson pourrait très bien contenir le point fort le plus mémorable de l’album. C’était ce que je disais précédemment à propos de la façon dont nous entendons tous de la musique avec les deux mêmes oreilles essentiellement – il n’y a personne qui puisse nier à quel point la voix sur le refrain de cette chanson ressort – et quelle que soit la méthode, le mix ou la motivation peut être – c’est le genre de son que Gonetcha devrait engrenger, ou mettre en bouteille et vendre aux masses. Et comme s’il n’y avait pas assez de raisons de vraiment aimer cette dernière chanson, le solo de ce titre serait également l’un des meilleurs, sinon le meilleur, que vous trouverez également sur Fickle Games. Les tonalités de la guitare sont exceptionnelles pour la majorité du solo et cela crée un énorme moment sur ce dernier morceau. La basse… je veux dire… allez… quoi d’autre à dire à propos de la basse? C’est à peu prèsla star et la force la plus fiable à tout moment dans tout cet ensemble… cela pourrait être éclipsé par les moments les plus étonnants de la guitare ou du chant qui l’entoure peut-être, mais au cœur de tout cela, la basse conduit beaucoup de ces chansons à leur succès. Elle joue un autre rôle all-star à la fin de l’album sur « No Limit » à coup sûr. Vocalement, surtout, je pense que vous devez remercier Gonetcha d’avoir relevé les défis de manière significative à la fin de Fickle Games sur « No Limit » et peut-être même de faire un clin d’œil à l’avenir – il y a de nombreuses raisons de bien écouter et de regarder ce dernier morceau pour voir ce qui a fonctionné et de mettre ces incroyables points positifs trouvés tout au long de celui-ci dans le prochain album à suivre.

Assurez-vous d’écouter le prochain épisode du podcast SBS où je partagerai avec vous quelques réflexions sur Gonetcha et un autre de ces brillants airs dans l’émission plus tard cette semaine! En attendant, assurez-vous de visiter les pages officielles ci-dessous pour écouter de la musique et obtenir de plus amples informations sur Gonetcha!

Traduit de l’anglais par Gonetcha

Source

Back to reviews

Play Cover Track Title
Track Authors