0%

Alex Faulkner’s review – Mission

SHARE

 

 

Gonetcha is the name of an alternative rock musical project based in Lyon, France, formed in 2017 after having been inspired by a dream! Their first release was Metro de Pensees (Underground of Thoughts), an album which mixed French and English lyrics and combined rock and groove instrumentals to depict differing, fleeting states of mind, released in 2017. This second album, Mission, contains twelve tracks with lyrics entirely in English.

 

It is in fact a concept album based on the archetypal mythological journey of the hero, a common inspiration for artists of many disciplines. It begins with the haunting and highly atmospheric instrumental Dawn Beat. Over a sparse but effective beat and a low-end ostinato drone, a wah-wah drenched guitar weaves an intoxicating melody, the track gradually building in intensity across its duration.

 

This instrumental sets the mood for the rest of the album, nicely contrasted by the upbeat rock/pop of second track Lobster Game. Its pulsing bass, crunchy, ‘Money For Nothing’-style guitar and interweaving lead guitar lines provide the rock element. The vocal melody provides the pop hook, with the chorus in particular being extremely catchy. Lyrically, it’s about challenging social conditioning and gender roles: « I’ve been playing this lobster game ever since I’m able to say ‘hello’…. ».

 

Third track The Big If again deals with the issue of individual in society and how success in society depends on so many ‘ifs’: « If I would, if I was good enough then I would, then I’d be brave enough. If I had, if there was confidence then I’d have, then I’d get preference…. ». Through these themes that depict inner emotional turmoil, you can start to see how the hero myth is subtly woven into the album’s narrative.

 

Musically, this track uses a spoken word style on the verses over a brooding bassline. This emancipation from the expectations of society which suppress the individual is a theme continued in Pumped Up: « Rose up by the way I freed my mind, I can’t be stopped by nothing much, thrive on everything that’s in my sight…. ». I enjoyed the alternating rhythm on the verse and chorus, employing a syncopated beat on the latter.

 

These rhythmic complexities are also found in Time Zone with a verse in 4/4 time, then varies between 2/4, 5/4 and 3/4 in the chorus. This is something you’d normally find in progressive rock but it still works as a regular rock song. The song is about living and progressing at your own pace. Eight Stops is more straightforward musically, lyrically about being drawn into hedonism: « One stop for the chill, two stops for the will, three stops for the will…. ».

 

Submarine Wreck is built around a brilliant bassline, a constantly strong feature of Gonetcha’s music. Lyrically, it appears to be depicting the ‘dark night of the soul’, which is a theme found in many hero myths: « Dark ideas haunting me, sharks in seas of tech trees, marks that freeze my body… ». Eighth track What About uses the ostinato drone technique from the opening track and contains a quirky vocal performance that brought to mind Julian Cope, formerly of The Teardrop Explodes.

 

What You Stole returns the idea of the individual trying to manoeuvre their way through the minefield of misinformation that surrounds us: « Where is the truth that I seek? Don’t know. Should I trust info freaks? Hell no. » This message is rammed home with the catchy refrain « I do not roll with what you stole…. ».

 

Spine Quirk is an interesting song, with organ on the verse giving the music a different texture and a complex guitar line on the chorus making the song stand out. Lyrically, its about the struggle to communicate: « I can’t get you to see the truth, I can’t get you to reason, I can’t get you to see the proof… ». Penultimate track Unexpected finds a low end vocal performance that brought to mind Frank Zappa, even with some Zappa-esque wah-wah guitar.

 

Final song The Messenger is another example of being underpinned by a memorable bassline, which provides the melodic pivot point for lead guitar lines to spring from. The last two minutes of the track are instrumental which brings us full circle and completes the hero’s story. The wiry lead guitar and futuristic sound made me think of Joy Divisions classic debut Unknown Pleasures.

 

Lyrically, it conveys what is perhaps the central artistic message of Gonetcha, the struggle to communicate and be an individual in a rapidly changing society: « Info is the best I can give you because I’m the messenger. Do not know if the rest will fit you, it may even get harder. » This is perhaps the role of the artist; to communicate and express ideas to help guide people through their own personal hero journey.

 

Overall, this is an impressive alternative rock album that is powerful both musically and lyrically. Gonetcha have developed a unique musical style that combines elements of classic, alternative and progressive rock with a philosophical lyrical approach that isn’t heard much in electric guitar-based music, generally. This gives the music an added intellectual depth that will be appreciated by discerning listeners. A fine piece of work.

 

VERDICT: 7.4 out of 10

Alex Faulkner (The Faulkner Review)

Gonetcha est le nom d’un project rock-alternatif basé à Lyon, en France. Formé en 2017 après avoir été inspiré par un rêve! La première sortie était Métro de Pensées, un album mélangeant des paroles en français et en anglais, et combiant des instrumentales rock et groove pour dépeindre les différents états d’esprit passagers, sorti en 2017. Ce deuxième album, Mission, contient douze titres, tous en anglais.

C’est en fait un album concept, basé sur l’archétype du voyage mythologique du héro, une inspiration commune pour les artistes de nombreuses disciplines. Ça commence par l’instrumentale « hantée » et très atmosphérique de Dawn Beat. Par dessus une rythmique clairsemée mais efficace et un « ostinato drone » grave, une guitare débordante de wah-wah tisse une mélodie envoutante, et le titre se construit graduellement en intensité sur toute sa durée.

Cette intrumentale donne le ton pour le reste de l’album, bien différencié du rythme rock/pop enjoué du deuxième titre, Lobster Game. Sa basse pulsante, sa guitare crunch à la « Money for Nothing » et les lignes de guitares lead qui s’entremêlent apportent le côté rock. La mélodie vocale apporte l’accroche pop, avec le refrain en particulier, extrêmement entraînant. Au niveau des paroles, ça parle de remettre en question le conditionnement social et les rôles de genre: « I’ve been playing this lobster game ever since I’m able to say ‘hello’… » (« J’ai joué le jeu du homard depuis que je peux dire ‘salut’… »).

Le troisième titre, The Big If, traite de nouveau de l’individu dans la société, et la façon dont le succès dépend de tant de « ifs » (si): « If I would, if I was good enough then I would, then I’d be brave enough. If I had, if there was confidence then I’d have, then I’d get preference… » (« Si je pouvais, si j’étais assez bon, alors je pourrais, alors je serais assez courageux. Si j’avais, s’il y avait de la confiance, alors j’aurais, alors j’obtiendrais la préférence »). Bien que ces thèmes décrivent le tourment émotionnel interne, on peu commencer à voir comment le mythe du héro est subtilement tissé dans la narration de l’album.

Musicallement, ce titre utilise un style en mots parlés sur les couplets, par dessus une ligne de basse troublante. Cette émancipation hors des attentes de la société qui annihilent l’individu est un thème poursuivi dans Pumped Up: « Rose up by the way I freed my mind, I can’t be stopped by nothing much, thrive on everything that’s in my sight… » (« Élevé par la façon dont j’ai libéré mon esprit, je ne peux être stoppé par grand chose, je profite de tout ce qui se présente »). J’ai aimé l’alternance du rythme entre le couplet et le refrain, employant un rythme syncopé sur ce dernier.

Ces complexités rhytmiques sont aussi présentes dans Time Zone, avec un couplet en 4/4, puis ça change entre du 2/4, du 5/4 et du 3/4 dans le refrain. C’est quelque chose qu’on trouve en principe dans le rock progressif, mais ça marche aussi dans une chanson de rock normal. La chanson parle de vivre et de progresser à son propre rythme. Eight Stops est plus rentre dedans musicallement. Les paroles parlent du fait de succomber à l’hédonisme: « One stop for the chill, two stops for the will, three stops for the will… » (« Un stop pour se détendre, deux stops parce qu’on le veut, trois stops pour la pilule »).

Submarine Wreck est construit autour d’une très bonne ligne de basse, une composante toujours forte dans la musique de Gonetcha. Au niveau des paroles, il apparait que ça décrit la « nuit noire de l’âme », ce qui est un thème qu’on retrouve dans de nombreux mythes héroïques: « Dark ideas haunting me, sharks in seas of tech trees, marks that freeze my body… » (« Des idées noires me hantent, des requins dans des mers d’arbres technologiques, des marques qui gèlent mon corps »). What About, le huitième titre, utilise la technique de l’ « ostinato drone » du titre d’ouverture et propose une performance vocale excentrique qui rappelle Julian Cope, ancien membre de The Teardrop Explodes.

 

What You Stole reprend l’idée de l’individu essayant de se sortir du champ de mines de désinformation qui nous entoure: « Where is the truth that I seek? Don’t know. Should I trust info freaks? Hell no » (« Où est la vérité que je cherche, je ne sais pas, devrais-je croire les monstres de l’info? Sûrement pas ! »). Ce message est appuiyé par l’entraînant refrain « I do not roll with what you stole…. » (« Je  cautionne pas ce que t’as volé »).

Spine Quirk est une chanson intéressante, avec de l’orgue sur le couplet, ce qui donne à la musique une texture différente, et une ligne de guitare complexe sur le refrain, ce qui fait ressortir le titre. Au niveau des paroles, ça parle de la difficulté à communiquer: « I can’t get you to see the truth, I can’t get you to reason, I can’t get you to see the proof… » (« Je ne peux t’aider à t’ouvrir, je ne peux t’aider à voir la vérité, je ne peux t’aider à raisonner, je ne peux t’aider à see la preuve »). Unexpected, l’avant dernier titre offre une performance de voix grave qui rappelle Frank Zappa, même avec des guitares wah-wah Zappa-esque.

Chanson finale, The Messenger, est un autre exemple sous-tendu par une ligne de basse mémorable, qui apporte un pivot mélodique sur lequel s’appuient les lignes de guitare lead. Les deux dernières minutes du titre sont instrumentales, ce qui nous fait boucler la boucle et complète l’histoire du héro. La guitare nerveuse et les sons futuristes m’ont fait penser aux débuts classique de Joy Division: Unknown Pleasures.

Au niveau des paroles, ça montre ce qui est peut-être le message artistique central de Gonetcha, la difficulté à communiquer et à être un individu dans une société qui change rapidement: « Info is the best I can give you because I’m the messenger. Do not know if the rest will fit you, it may even get harder » (« L’info est le mieux que je puisse te donner car je suis le messager. J’ignore si le reste te conviendra, ça va peut-être même empirer »). C’est peut-être le rôle de l’artiste. Communiquer et exprimer des idées pour guider les gens à travers leur propre voyage de héro.

Globalement, c’est un album de rock alternatif impressionnant, qui est puissant à la fois musicallement et au niveau des paroles. Gonetcha a développé un style musical unique qui combine des éléments de rock classique, alternatif, et progressif, avec une approche philosophique dans les paroles qu’on entend pas souvent dans la musique basée sur la guitare, générallement. Ça donne à la musique un surplus de profondeur intellectuelle qui sera apréciée par les auditeurs attentifs. Du beau travail.

 

Verdict: 7,4 sur 10

 

Traduit de l’anglais par Gonetcha

 

Source

Back to reviews

Play Cover Track Title
Track Authors